Bienvenue aux nouveaux arrivants sur FantasPic !

- Pensez à lire les règles durant votre visite, il n'y en a pas beaucoup, mais encore faut-il les respecter .
- N’hésitez pas à faire des remarques et/ou suggestions sur le Forum, dans le but de l'améliorer et de rendre vos prochaines visites plus agréables.
- Vous pouvez regarder votre "panneau de l'utilisateur" afin de configurer vos préférences.
- Un passage par "l'utilisation du forum" est recommandé pour connaître les fonctionnalités du forum.

--- L’équipe FantasPic ---
Commentez, partagez et proposez des Tutos en langage ASM !
Se débarrasser de la gestion des banques de RAM sur des PIC mid-range
JJE
Amateur
Amateur
Messages : 159
Âge : 78
Enregistré en : novembre 2017
Localisation : Picardie

#1 Message par JJE » dim. 15 juil. 2018 12:22

L'usage usuel de la RAM mémoire consiste
1. à désigner un ou plusieurs octets par une directive CBLOCK.
2. à utiliser l'étiquette ainsi définie pour définir modifier ou exploiter la valeur de cet (ces) octet(s).
Ceci permet à l'assembleur d'interdire le réemploi du même espace mémoire.
Il est attribué par l'assembleur à cette étiquette une valeur codée sur 9 bits. Cependant, dans le code généré, seuls les 7 bits de bas poids sont utilisés, les bits 8 et 7 devant être les valeurs des bits RP1 et RP0 de STATUS. Ces bits n'étant connus qu'à l'exécution, l'assembleur n'a pas la possibilité de savoir s'ils seront corrects, d'où le fâmeux message d'avertissement 302. Remarquons qu'il est très partial car il ne signale que l'usage d'une étiquette définie dans une banque différente de la banque 0. En fait, à chaque fois que l'on utilise une étiquette désignant un octet de la RAM, il faut se poser la question "suis-je dans la bonne banque ?"
Comme l'assembleur ne s'intéresse pas (ou peu) aux bits 8 et 7 de cette étiquette, on peut essayer de s'en passer. Notre maître BigonOFF en donne d'ailleurs le principe pour les adresses en mémoire programme dans la partie 2 de son cours que l'on peut trouver ici.

pour faire simple, prenons l'exemple d'un programme qui calcule l'opposé d'un nombre codé en 8 bits signés (en complément à 1) qui serait l'équivalent d'une instruction B = -A d'un langage évolué (sans se préoccuper du cas de débordement -128).

Code : Tout sélectionner


    
; on suppose que les étiquettes A et B sont dans la banque active
    movf    A
,W
    movwf    V
    call    opp_8bs_code
    movf    V
,W
    movwf    B
    
.../...
    
opp_8bs_code
    comf    V
, f
    incf    V
, f
    return

Si le programme a défini V comme une constante <=0x7F (par un EQU ou un define), le sous-programme va travailler sur l'octet mémoire de cette adresse située dans la banque contenant A et B, quelle qu'elle soit. Il suffit que le programmeur le sache et n'utilise pas l'octet de cette adresse de chacune des banques du processeur pour lequel il écrit son programme. Il n'est probablement pas inutile de l'y aider.

Code : Tout sélectionner


    define V 0x6F    
; ou    V    EQU    0x6F
    CBLOCK        V
    opp_8bs_code_B0    res 
: 1
    endc
    CBLOCK        V 
+ 0x80
    opp_8bs_code_B1    res 
: 1
    endc
    CBLOCK        V 
+ 0x100
    opp_8bs_code_B1    res 
: 1
    endc
    CBLOCK        V 
+ 0x180
    opp_8bs_code_B1    res 
: 1
    endc

réservera le dernier octet de chaque banque d'un processeur 16F876 (hors zone commune) par exemple.
Remarquons que la directive CBLOCK est très souple puisqu'elle peut être employée à peu près n'importe où dans le fichier source (avant tout utilisation des étiquettes qu'elle définit) bien que l'usage veut qu'on s'en serve au début du fichier source. Remarquons aussi que la présence d'une étiquette est imposée par MPASM ce qui est un peu dommage car dans l'exemple, on n'en a pas besoin.
Une dernière observation doit être faite : L'octet désigné par V est libre pour tout usage entre deux appels à ce sous-programme. En particulier il peut être utilisé par tout sous-programme utilisant la même technique et n'appelant pas (directement ou indirectement) opp_8bs_code, ce qui minimise le "gâchi".
Il n'est pas non plus inutile d'observer que les 5 lignes du code d'appel peuvent être encapsulées dans une macro :

Code : Tout sélectionner


opp_8bs    macro    X
, Y
    movf        X
,W
    movwf    V
    call    opp_8bs_code
    movf        V
,W
    movwf    Y
    endm


ce qui limitera, dans le source, à une seule ligne

Code : Tout sélectionner


     opp_8bs    A
,  B

le code qui transfère l'opposé de A dans B quelle que soit la banque mémoire contenant A ET B.

Le programmeur doit toujours cependant
    réserver la mémoire nécessaire et définir l'étiquette V
    coder le sous-programme
    écrire la macro qui appelle le sous-programme

Dans un prochain papier, je donnerai quelques indications pour simplifier cela pour un réemploi par soi même ou un autre.
Cordialement

JJE

C'est pas parcequ'on n'a rien à dire qu'il faut fermer sa G....e

Retourner vers « Langage ASM »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité